Olivier de MAGNY (1529-1561)
Vivons, Belle, vivons…
Paris, Vincent Sertenas, 1557.
ouvrir sur Gallica : sonnet lxvii, f° 23v°.

Viuons, Belle, viuons & suiuons nostre amour,
De cent diuers plaisirs bien heurant nostre vie,
Sans estimer en rien le babil de l’enuie,
Qui du bon heur d’autruy se tourmente tousiour.

’’ Le soleil s’en va bien & reuient chacun iour:
Mais depuis que la Mort nostre vie a rauie,
Et qu’vne fois en bas nostre vmbre la suyuie,
Il ne faut plus, Maistresse, esperer du retour.

Suyiuons donques heureux nostre amour fortunée,
Et viuons peu soigneux du iour à la iournée,
Sans songer aux ialoux, n’au trespas inhumain.

Perisse cettuy-la qui d’ardente malice
Brasse vn mal dessus nous, & cil aussi perisse
Qui se ronge l’esprit du soing du l’endemain.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Viuons, Belle, viuons & suiuons nostre amour,
De cent diuers plaisirs bien heurant nostre vie,
Sans estimer en rien le babil de l’enuie,
Qui du bon heur d’autruy se tourmente tousiour.

’’ Le soleil s’en va bien & reuient chacun iour:
Mais depuis que la Mort nostre vie a rauie,
Et qu’vne fois en bas nostre vmbre la suyuie,
Il ne faut plus, Maistresse, esperer du retour.

Suyuons donques heureux nostre amour fortunée,
Et viuons peu soigneux du iour à la iournée,
Sans songer aux ialoux, n’au trespas inhumain.

Perisse cettuy-la qui d’ardente malice
Brasse vn mal dessus nous, & cil aussi perisse
Qui se ronge l’esprit du soing du l’endemain.

 

En ligne le 11/12/16.
Dernière révision le 24/12/17.