Jean Édouard DU MONIN (1557-1586)
Le ruisseau chamarrant…
Paris, Guillaume Bichon, 1585.

À très héroïque Prince, Monseigneur le Duc de Guyse.

LE ruisseau chamarrant le vert habit d’un preau

Fait du père Océan la mémoire renaître :

En notre Esprit record un Astre fait remettre
Le Soleil, Empereur de l’étoilé Château :

Le monstre terrassé sert d’arre et d’écriteau
Publiant les valeurs du tu’-Géant adextre :
Un triomphant Laurier enté dans quelque dextre
Ne laisse dormir Mars au Léthéan tombeau.

Mon Tragique Échafaud fait jouer sur ma terre
Le ruisseau, l’astre, monstre, et le Laurier de guerre :
Tu en es Océan, Soleil, tu’-Géant, Mars.

Donc, Mars, Hercul’, Titan, et Neptun’ de nos armes,
Reçois pour digne prix de tes Martiaux arts,
Ces tiens Laurier, monstre, astre, et ruisseau dans mes carmes.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

À très héroïque Prince, Monseigneur le Duc de Guyse.

LE ruisseau chamarrant le vert habit d’un preau

Fait du père Océan la mémoire renaître :

En notre Esprit record un Astre fait remettre
Le Soleil, Empereur de l’étoilé Château :

Le monstre terrassé sert d’arre et d’écriteau
Publiant les valeurs du tu’-Géant adextre :
Un triomphant Laurier enté dans quelque dextre
Ne laisse dormir Mars au Léthéan tombeau.

Mon Tragique Échafaud fait jouer sur ma terre
Le ruisseau, l’astre, monstre, et le Laurier de guerre :
Tu en es Océan, Soleil, tu’-Géant, Mars.

Donc, Mars, Hercul’, Titan, et Neptun’ de nos armes,
Reçois pour digne prix de tes Martiaux arts,
Ces tiens Laurier, monstre, astre, et ruisseau dans mes carmes.

 

En ligne le 16/02/06.
Dernière révision le 27/03/17.