Clément DESAURS (?-?)
Tel qu’un passant…
Lyon, Benoît Rigaud, 1589.

Tel qu’vn passant qui recreux du voiage
Dessoubz vn pin, se delasse & s’endort,
Sent qu’vn fruict dur esbranlé par le nort
Luy choit dessus le blesse & l’endomage:

Et si encor c’est insalubre vmbrage
De sa santé afoiblit le suport.
Ainsin vn iour que plus amy le sort
Flatoit mon Ame en ce mortel passage,

Ie vis peu caut ceste rare beauté:
Et m’amusant apres sa rareté
L’occasion, vne puissante œillade

Vn bel accueil, vn samblant, vn soubris
Fit choir sur moy : aynsin ie feux depuis
D’vn trait si doux, & sanglant & malade.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Tel qu’vn passant qui recreux du voiage
Dessoubz vn pin, se delasse & s’endort,
Sent qu’vn fruict dur esbranlé par le nort
Luy choit dessus le blesse & l’endomage:

Et si encor c’est insalubre vmbrage
De sa santé afoiblit le suport.
Ainsin vn iour que plus amy le sort
Flatoit mon Ame en ce mortel passage,

Ie vis peu caut ceste rare beauté:
Et m’amusant apres sa rareté
L’occasion, vne puissante œillade

Vn bel accueil, vn samblant, vn soubris
Fit choir sur moy : aynsin ie feux depuis
D’vn trait si doux, & sanglant & malade.

 

En ligne le 11/11/19.
Dernière révision le 11/11/19.