««« brè­me »»»
 

Brème. Grosse, large, molle, li­mo­neuse.

Ce pois­son est de lac et de rivière, aimant fort les eaux dor­mantes, et vit de bourbe et d’herbes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 40r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_86]
(texte modernisé).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, bro­chet, carpe, cha­bot, éper­lan, gar­don, ha­reng, la­mie, lam­proie, lotte, ma­que­reau, mo­rue, meu­nier, perche, plie, raie, rou­get, rous­sette, sau­mon, seiche, truite, tur­bot, vai­ron, van­doise…]


 

«««  #  »»»

Brame. Grosse, large, molle, li­mon­neuse.

Ce pois­son est de lac & de riuiere, aimant fort les eaux dor­mantes, & vit de bourbe & d’herbes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 40r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_86]
(texte original).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, bro­chet, carpe, cha­bot, esper­lan, gar­don, ha­ren, la­mie, lam­proie, lote, ma­que­reau, mo­rue, mu­nier, perche, plie, raie, rou­get, rous­sette, saul­mon, seiche, truite, tur­bot, van­doise, ve­ron…]



 

Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « por­trait » de la Brème et lire « De la Brame », source du com­men­taire de La Porte, cha­pitre VI du livre « des pois­sons des lacs », pp. 109-110 de la se­conde par­tie de L’His­toire entière des Pois­sons, avec leurs por­traits au naïf, de Guil­laume Ron­de­let, pu­bliée à Lyon en 1558.

Liens valides au 02/09/21.