Jacques PELETIER du Mans (1517-1582)
Plus mon désir…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Plus mon dɇsir d’amprisɇs mɇ preparɇ,
Plus d’antrɇdeus s’offrɇt pour m’an rɇfreindrɇ:
Tant plus jɇ cuidɇ aus meritɇs ateindrɇ,
Plus au milieu des gracɇs jɇ m’egarɇ:

Trop de splandeur la vuɇ mɇ separɇ,
Trop grand’ ardeur ma flammɇ vient eteindrɇ,
Trop grand akeulh d’aprocher mɇ fęt creindrɇ,
Cɇ m’ęt rigueur d’unɇ dousseur si rarɇ.

Iɇ suis l’oęseau qui an sa longuɇ cagɇ
A desapris la viɇ du bocagɇ:
Lɇ pręs mɇ plęt quand d’ęllɇ jɇ m’etrangɇ,

Lɇ loin jɇ quièr lors quɇ pręs jɇ mɇ rangɇ:
Tous les androęz ou ęllɇ n’ęt, mɇ nuisɇt,
Tous les androęz ou ęllɇ ęt, mɇ detruisɇt.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Plus mon dɇsir d’amprisɇs mɇ preparɇ,
Plus d’antrɇdeus s’offrɇt pour m’an rɇfreindrɇ:
Tant plus jɇ cuidɇ aus meritɇs ateindrɇ,
Plus au milieu des gracɇs jɇ m’egarɇ:

Trop de splandeur la vuɇ mɇ separɇ,
Trop grand’ ardeur ma flammɇ vient eteindrɇ,
Trop grand akeulh d’aprocher mɇ fęt creindrɇ,
Cɇ m’ęt rigueur d’unɇ dousseur si rarɇ.

Iɇ suis l’oęseau qui an sa longuɇ cagɇ
A desapris la viɇ du bocagɇ:
Lɇ pręs mɇ plęt quand d’ęllɇ jɇ m’etrangɇ,

Lɇ loin jɇ quièr lors quɇ pręs jɇ mɇ rangɇ:
Tous les androęz ou ęllɇ n’ęt, mɇ nuisɇt,
Tous les androęz ou ęllɇ ęt, mɇ detruisɇt.

 

En ligne le 20/10/20.
Dernière révision le 22/05/21.