««« Nar­cisse »»»

« Nar­cise » dans :
Du Pré
1577
~ J’ai le bien de penser…

~#~














 

Narcisse. Beau, mignon, pourpré, Céphi­side, vermeil, perru­qué, gentil.

Narcisse fils de Céphise et de Liriope ou Miriope, fut un jeune enfant, beau par excel­lence, lequel après avoir dédai­gné beaucoup de Nymphes qui étaient amou­reuses de lui, et princi­pa­le­ment Échon, enfin voyant son ombre dans une fontaine, il en fut telle­ment épris que pensant en jouir, se jeta dedans, et se noya.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 174v°-175r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_355_356]
(texte modernisé).






















«««  #  »»»

Narcis ou Narcisse. Beau, mignon, pourpré, Cephi­side, vermeil, perru­qué, gentil.

Narcisse fils de Cephise & de Liriope ou Miriope, fut vn ieune enfant, beau par excel­lence, lequel apres auoir desdai­gné beaucoup de Nymphes qui estoient amou­reuses de lui, & princi­pa­le­ment Echon, en fin voiant son ombre dans vne fontaine, il en fut telle­ment espris que pensant en iouir, se ietta dedans, & se noïa.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 174v°-175r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_355_356]
(texte original).