Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« joug »»»

« joug » dans :
Tyard
1549
~ Doux de ces yeux…
Peletier
1555
~ Cette beauté…
d’Espinay
1560
~ Ce ne fut pas…
Ronsard
1578
~ Tant de fois s’appointer…
La Jessée
1583
~ Au bon arbre, au Rosier…
~ Ingrate Dame…
~ Vos beaux yeux adorés…
Blanchon
1583
~ J’aime plus que mes yeux…

~#~














 

Joug. Pesant, dur, fâcheux, insup­por­table ou impor­table, odieux, pénible, serf, courbé, triste, captif ou captivant, mal-gracieux, into­lé­rable, humble, démis, rude, mal-plaisant, obséquieux, tyran­nique, Phara­onien.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 138v°-139r° [Gallica, N0050715_PDF_283_284]
(texte modernisé).

[Voir aussi servage, service ou servi­tude.]























Ioug. Pesant, dur, fascheus, insup­por­table ou impor­table, odieus, penible, serf, courbé, triste, captif ou captiuant, mal-gratieus, intol­le­rable, humble, demis, rude, mal-plaisant, obsequieus, tyran­nique, Phara­ônien.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 138v°-139r° [Gallica, N0050715_PDF_283_284]
(texte original).

[Voir aussi seruage, seruice ou serui­tude.]