Jacques GRÉVIN (1538-1570)
Je me ris de ce monde…
Paris, Vincent Sertenas et Guillaume Barbé, 1561.

Ie me ris de ce monde, & n’y trouue que rire,
Ie le plore, & si rien ne doit estre ploré,
I’y espère, & si rien ne doit estre espéré,
Ie uoy tout estre entier, & rien n’est qui n’empire.

I’y repren toute chose, & ny uoy que redire,
Ie me plains de ce temps, & rien n’est empiré,
Ie redoute un desastre, & tout est asseuré,
Ie uoy la paix par tout, & tout boüillonne d’ire.

Ie déplore mes ris, ie me ris de mes pleurs,
Ie ris mon passe-temps, ie plore mes douleurs,
Tout me tire à pleurer, tout à rire m’excite.

Dont uient cela, movret ? c’est pourtant que ie ueux
Entreprendre tout seul les ouurages de deux,
Ore de Democrite, & ore d’Heraclite.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ie me ris de ce monde, & n’y trouue que rire,
Ie le plore, & si rien ne doit estre ploré,
I’y espère, & si rien ne doit estre espéré,
Ie uoy tout estre entier, & rien n’est qui n’empire.

I’y repren toute chose, & ny uoy que redire,
Ie me plains de ce temps, & rien n’est empiré,
Ie redoute un desastre, & tout est asseuré,
Ie uoy la paix par tout, & tout boüillonne d’ire.

Ie déplore mes ris, ie me ris de mes pleurs,
Ie ris mon passe-temps, ie plore mes douleurs,
Tout me tire à plourer, tout à rire m’excite.

Dont uient cela, movret ? c’est pourtant que ie ueux
Entreprendre tout seul les ouurages de deux,
Ore de Democrite, & ore d’Heraclite.

 

En ligne le 07/05/17.
Dernière révision le 14/05/19.