Étienne FORCADEL (1519-1578)
Feu, Femme, Mer…
Paris, Gilles Corrozet, 1548.
ouvrir sur Gallica : « Épigrammes », f° 29v°.

 
Feu, Femme, Mer, sont trois choses sur terre,
Dont l’homme prend mainte prospérité.
Chaleur, trésor, déduit, en peut acquerre,
Contre le froid, souci, et pauvreté.

Mais quand advient, que le mal révolté,
Prend contremont de sa roue la voie,
Femme déçoit, feu ard, et la mer noie :

De peu de bien mal infini redonde :
Donc, vu l’ennui, qui surmonte la joie,
Feu, Femme, Mer, sont le pire du monde.

 
 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

 
Feu, Femme, Mer, sont trois choses sur terre,
Dont l’homme prend mainte prospérité.
Chaleur, trésor, déduit, en peut acquerre,
Contre le froid, souci, et pauvreté.

Mais quand advient, que le mal révolté,
Prend contremont de sa roue la voie,
Femme déçoit, feu ard, et la mer noie :

De peu de bien mal infini redonde :
Donc, vu l’ennui, qui surmonte la joie,
Feu, Femme, Mer, sont le pire du monde.

 
 
 

 

En ligne le 03/06/13.
Dernière révision le 09/06/13.