««« Œté »»»

 

~#~














* Œté : Œta
 

Œté. Froide, porte-hellébore, su­prême, her­cu­lienne, fron­doyante, su­blime, émo­nienne.

Œté est une mon­tagne fort haute, entre la Thes­sa­lie et la Macé­doine, sur la­quelle Her­cule se brû­la, où l’on dit aus­si qu’il croît de fort bon hel­lé­bore, et en grande abon­dance.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 181v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_369]
(texte modernisé).

[Œtéan. Her­cule.]

[Voir aussi Chi­mère, Éry­manthe, Hé­li­con, Hy­mette, Ide, Olympe, Par­nasse, Pinde, Rho­do­pé.]


 

«««  #  »»»

Oeté. Froide, porte-hellebore, su­preme, her­cu­lienne, fron­doiante, su­blime, æmo­nienne.

Œté est vne mon­tagne fort haute, entre la Thes­sa­lie & la Mace­doine, sur la­quelle Her­cule se bru­la, ou l’on dit aus­si qu’il croist de fort bon hel­le­bore, & en grande abon­dance.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 181v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_369]
(texte original).

[Oethean. Her­cule.]

[Voir aussi Chi­mœre, Ery­manthe, He­li­con, Hy­mette, Ide, Olympe, Par­nasse, Pinde, Rho­do­pé.]