Jean VATEL (v. 1550-1576 ?)
Si l’on voit chanceler…
Paris, Mamert Patisson, 1601.
ouvrir sur Gallica : « À la France », f° 21r°.

SI l’on voit chanceller ton estat, ô ma France,

Si tu t’en vas en proye au fer seditieux,
Tu n’en dois accuser la malice des Cieux,
Ny moins de leurs aspects la douteuse influence:

Tu n’en dois accuser que ta noire ignorance,
Qui barbare à ceux-là qui te seruent le mieux,
Honore de faueurs tes propres enuieux,
Nourrissant de ton sang leur auare insolence.

Tu n’en dois accuser que ta legereté,
Que ton incontinence, & que ta lascheté
Qui volage & lasciue, & de meurtre affamee,

A gasté, a polu, a destruict de ses mains
Celle qui florissoit par dessus les humains
En force, honneur pudique, & claire renommee.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

SI l’on voit chanceller ton estat, ô ma France,

Si tu t’en vas en proye au fer seditieux,
Tu n’en dois accuser la malice des Cieux,
Ny moins de leurs aspects la douteuse influence:

Tu n’en dois accuser que ta noire ignorance,
Qui barbare à ceux-là qui te seruent le mieux,
Honore de faueurs tes propres enuieux,
Nourrissant de ton sang leur auare insolence.

Tu n’en dois accuser que ta legereté,
Que ton incontinence, & que ta lascheté
Qui volage & lasciue, & de meurtre affamee,

A gasté, a polu, a destruict de ses mains
Celle qui florissoit par dessus les humains
En force, honneur pudique, & claire renommee.

 

En ligne le 20/04/20.
Dernière révision le 27/05/22.