Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Plutôt seront haïs…
Paris, Lucas Breyer, 1573.

[…] 

Plutôt seront haïs les verdissants herbages
Des simplettes brebis,
et des bêtes sauvages
Les arbreuses forêts :
les poissons dans les eaux
Cesseront de hanter,
et dans l’air les oiseaux :
Plutôt que de mon cœur l’amour que je te porte,
Pour y loger un autre, ô ma Francine, sorte.

[…] 

Ces monts m’en sont témoins, et ces antres cavés
En plus de mille endroits de ces vers engravés :
Les gardons des connils hanteront les tanières,
Et les connils au lieu des gardons les rivières,
Où se couche le jour le Soleil lèvera,
À l’heure que Toinet Francine quittera.

[…] 

On peut cliquer sur certains vers en relief pour voir les impossibles un à un