Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Iris »»»

« Iris » dans :
Blanchon
~ À tant de fleurs…
Cl. Garnier
~ Qui peut nombrer…

~#~
















¶ arc d’Iris : arc-en-ciel
 

Iris. Thaumantide, bigarrée, nuageuse, aérienne, colorée, humide, variable, peinturée, juno­nienne, présa­gieuse, légère, courbée, subite, nubi­leuse ou nébu­leuse, messa­gère de Junon.

Iris, ainsi que content les poètes, fut fille de Thaumante et messagère de Junon. À la vérité ce n’est autre chose que l’Arc-en-ciel, lequel se fait en l’air par une réver­bé­ration des rayons du soleil contre la nue. Or entendant l’air par Junon, et disant Iris être sa messa­gère, ils veulent signifier qu’elle présage la pluie.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 139v° [Gallica, N0050715_PDF_285]
(texte modernisé).























Iris. Thaumantide, bigarree, nuageuse, aërienne, coloree, humide, variable, peinturee, iuno­nienne, presa­gieuse, legere, courbee, subite, nubi­leuse ou nebu­leuse, messa­gere de Iunon.

Iris, ainsi que content les poetes, fut fille de Thaumante & messagere de Iunon. A la vérité ce n’est autre chose que l’Arc-en-ciel, lequel se fait en l’air par vne reuer­be­ration des raïons du soleil contre la nuë. Or entendans l’air par Iunon, & disans Iris estre sa messa­gere, ils veulent signifier qu’elle presage la pluie.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 139v° [Gallica, N0050715_PDF_285]
(texte original).