««« Hy­dre »»»

« Hy­dre » dans :
Du Pré
1577
~ Quand je viens de la ville…

~#~














 

Hydre. Monstre têtu, renais­sante, fière, domma­geable, mons­tru­euse, féconde, horrible, véné­neuse, bête de Lerne, plantu­reuse, difforme, serpent lerné­an, rameuse ou ra­mue, couleu­vrée, fertile, nuisible, riche de sa perte.

Ce que les Latins appellent Hydra était un serpent que l’on dit avoir été tué par Hercule, au lac de Lerne, auquel l’une de ses sept têtes étant coupée, deux autres lui renais­saient.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 130r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_266]
(texte modernisé).

[Pour les misères qu’Opi­nion fait souffrir en toutes les contrées où elle peut ramper, on la nomme […] hydre à cent mille chefs.]

[L’Hydre des Français. Procès.]

[Voir aussi Chimère.]






















«««  #  »»»

Hydre. Monstre testu, renais­sante, fiere, domma­geable, mons­tru­euse, fecunde, horrible, vene­neuse, beste de lerne, plantu­reuse, difforme, serpent lerne­an, rameuse ou ra­mue, couleu­uree, fertile, nuisible, riche de sa perte.

Ce que les Latins appellent Hydra estoit vn serpent que lon dict auoir esté tué par Hercule, au lac de Lerne, auquel l’vne de ses sept testes estant couppee, deux autres lui renais­soient.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 130r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_266]
(texte original).

[Pour les miseres qu’Opi­nion fait souffrir en toutes les contrees où elle peut ramper, on la nomme […] hydre à cent mille chefs.]

[L’Hydre des François. Proces.]

[Voir aussi Chimœre.]