Maurice SCÈVE (v.1500-v.1560)
Toujours n’est pas…
Lyon, Sulpice Sabon, 1544.

CCCLVII.

Toujours n’est pas la mer Égée trouble,
Et Tanaïs n’est point tous temps gelé :
Mais le malheur, qui mon mal me redouble,
Incessamment avecques lui mêlé
S’enchaîne ensemble, et ainsi congelé
Me fait ardoir tant inhumainement,
Que quand par pleurs je veux soudainement
Remédier à si grande amertume :
Voulant ma flamme éteindre aucunement,
Plus je l’éteins, et plus fort je l’allume.
 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

CCCLVII.

Toujours n’est pas la mer Égée trouble,
Et Tanaïs n’est point tous temps gelé :
Mais le malheur, qui mon mal me redouble,
Incessamment avecques lui mêlé
S’enchaîne ensemble, et ainsi congelé
Me fait ardoir tant inhumainement,
Que quand par pleurs je veux soudainement
Remédier à si grande amertume :
Voulant ma flamme éteindre aucunement,
Plus je l’éteins, et plus fort je l’allume.
 
 
 

«««  topos de l’inconstance  »»»
««« " Non semper imbres… "  »»»
 

En ligne le 08/05/11.
Dernière révision le 01/07/13.