François de CHANTELOUVE (?-?)
Je plains mon mal…
Paris, Nicolas Bonfons, 1576.

Je plains mon mal, et sans lui ne peux vivre,
Je suis captif, et ne veux point sortir,
Je sens la mort et si la veux sentir.
Je hais l’amour, et l’amour je veux suivre.

Je fuis ma dame, et aime à la poursuivre,
Je me rôtis, et me veux bien rôtir,
Au feu d’amour : et sans me repentir :
Incessamment de larmes je m’enivre.

J’aime le sens, et chasse la raison,
Je crains et si désire la poison,
Qui doucement mes boyaux ensorcelle.

Je crains la nuit, et demande la nuit,
Bref la douleur éternelle me suit,
Pour trop aimer une Angélique belle.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Je plains mon mal, et sans lui ne peux vivre,
Je suis captif, et ne veux point sortir,
Je sens la mort et si la veux sentir.
Je hais l’amour, et l’amour je veux suivre.

Je fuis ma dame, et aime à la poursuivre,
Je me rôtis, et me veux bien rôtir,
Au feu d’amour : et sans me repentir :
Incessamment de larmes je m’enivre.

J’aime le sens, et chasse la raison,
Je crains et si désire la poison,
Qui doucement mes boyaux ensorcelle.

Je crains la nuit, et demande la nuit,
Bref la douleur éternelle me suit,
Pour trop aimer une Angélique belle.

 

En ligne le 19/10/05.
Dernière révision le 10/04/16.