Jean de BOYSSIÈRES (1555-v. 1584)
Pour chasser et bannir…
Lyon, Louis Cloquemin, 1579.

«««

textes de
Boys­sières

»»»


 

 
 
 

 


 

»»»


 

Solu­tion :
« Du Luth »

 

POur chasser et bannir de mon cœur tous ennuis,
Embrassant mon ami je viens son manche prendre :
De ma main peu à peu je fais ses nerfs étendre,
Et le mets en l’état le meilleur que je puis.

Après en l’appuyant sur mon sein, je poursuis
Mon plaisir, et m’en viens dessus ma couche rendre,
Renversée sous lui, pour mieux le son entendre :
Qui m’est si doux, qu’enfin je ne sais où je suis.

Et si le plaisir fait que les nerfs se détendent,
Ma main les maniant tout soudain les rebande,
Et les remet au point pour me donner ébat.

Si qu’amoureusement mon ami me console,
Me paît, et d’avec lui (tant de lui je suis folle)
Jamais ne sors vaincue, ains lasse du combat.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

POur chasser et bannir de mon cœur tous ennuis,
Embrassant mon ami je viens son manche prendre :
De ma main peu à peu je fais ses nerfs étendre,
Et le mets en l’état le meilleur que je puis.

Après en l’appuyant sur mon sein, je poursuis
Mon plaisir, et m’en viens dessus ma couche rendre,
Renversée sous lui, pour mieux le son entendre :
Qui m’est si doux, qu’enfin je ne sais où je suis.

Et si le plaisir fait que les nerfs se détendent,
Ma main les maniant tout soudain les rebande,
Et les remet au point pour me donner ébat.

Si qu’amoureusement mon ami me console,
Me paît, et d’avec lui (tant de lui je suis folle)
Jamais ne sors vaincue, ains lasse du combat.

«««  Énigme  »»»
«««  Solution : « Du Luth »  »»»
 

En ligne le 02/12/20.
Dernière révision le 02/12/20.