Pierre de RONSARD (1524-1585)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 28 [←Gallica].

O doulx parler, dont l’appast doulcereux
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trophée & la gloire,
O riz sucrez, o baisers sauoureux.

O cheueulx d’or, o coustaulx plantureux
De liz d’œilletz, de Porphyre, & d’iuoyre,
O feuz iumeaulx dont le Ciel me fit boyre
A si longs traitz le venin amoureux.

O vermeillons, o perlettes encloses,
O diamantz, o liz pourprez de roses,
O chant qui peulx les plus durs esmouoyr,

Et dont l’accent dans les ames demeure.
Et dea beaultez, reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes braz ie vous puisse r’auoyr?

Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 66 [←Gallica].

O Dous parler, dont l’apât doucereus
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O ris sucrés, O baisers sauoureus:

O cheueus d’or, O coutaus plantureus
De lis, d’œillets, de Porfyre, & d’iuoire,
O feus iumeaus dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureus.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O lis pourprés de roses,
O chant qui peus les plus durs emouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautés reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1567)   ↓   ↑   ⇑  →t.m.
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 35v° [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit encor la fin de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de Porfyre, & D’iuoire,
O feux iumeaux dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureux.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux les Scythes émouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautez reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1578)   ↓   ↑   ⇑  →t.m.
Paris, Gabriel Buon, 1578, pp. 82-83 [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit tousiours la faim de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofee & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de porfyre, & d’iuoyre:
O feux iumeaux, dont le ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux émouuoir vn Lion,

Et dont l’accent nos ames vient espoindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

























Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 66 [←Gallica].

O Dous parler, dont l’apât doucereus
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O ris sucrés, O baisers sauoureus:

O cheueus d’or, O coutaus plantureus
De lis, d’œillets, de Porfyre, & d’iuoire,
O feus iumeaus dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureus.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O lis pourprés de roses,
O chant qui peus les plus durs emouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautés reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1567)   ↓   ↑   ⇑  →t.m.
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 35v° [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit encor la fin de ma memoire,
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de Porfyre, & D’iuoire,
O feux iumeaux dont le ciel me fit boire
A si lons traits le venin amoureux.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux les Scythes émouuoir,

Et dont l’accent dans les ames demeure:
Et dea beautez reuiendra iamais l’heure
Qu’entre mes bras ie vous puisse rauoir?

Ô doux parler… (1578)   ↓   ↑   ⇑  →t.m.
Paris, Gabriel Buon, 1578, pp. 82-83 [←Gallica].

O Doux parler, dont l’apast doucereux
Nourrit tousiours la faim de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofee & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux
De liz, d’œillets, de porfyre, & d’iuoyre:
O feux iumeaux, dont le ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O liz pourprez de roses,
O chant qui peux émouuoir vn Lion,

Et dont l’accent nos ames vient espoindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

Paris, Gabriel Buon, 1584, p. 28 [←Gallica].

O Doux parler dont les mots doucereux

Sont engrauez au fond de ma memoire:
O front, d’Amour le Trofée & la gloire,
O doux souris, O baisers sauoureux:

O cheueux d’or, O coutaux plantureux,
De lis, d’œillets, de porfyre, & d’yuoire:
O feux iumeaux d’où le Ciel me fit boire
A si longs traits le venin amoureux:

O dents, plustost blanches perles encloses,
Léures, rubis, entre-rangez de roses,
O voix qui peux adoucir vn Lion,

Dont le doux chant l’oreille me vient poindre:
O corps parfait, de tes beautez la moindre
Merite seule vn siege d’Ilion
.

























textes originaux
[R]

 

En ligne le 17/01/21.
Dernière révision le 21/01/21.