Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Méduse »»»

« Méduse » dans :
Ronsard
1552
~ Son chef est d’or…
La Jessée
1583
~ Qui comme une Ariane…

~#~














 

Méduse. Horrible, gorgo­nienne, phorcide, empier­rante, monstru­euse, couleuvrée, antique, odieuse, perruquée.

Méduse l’une des trois Gorgonnes filles de Phorque, outre ce qu’elle était fort belle de face, ses cheveux dorés (que l’on dit avoir été par Minerve changés en serpents) l’embel­lissaient davan­tage : tellement que ceux qui la regardaient en étaient si ravis, que les poètes ont feint qu’ils se conver­tissaient en pierres.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 162r° [Gallica, N0050715_PDF_330]
(texte modernisé).

[Dompteur de Méduse. Neptune.]























Meduse. Horrible, gorgo­nienne, phorcide, empier­rante, monstru­euse, couleuuree, antique, odieuse, perruquee.

Meduse l’vne des trois Gorgonnes filles de Phorque, outre ce qu’elle estoit fort belle de face, ses cheueus dorez (que l’on dit auoir esté par Minerue changez en serpens) l’embel­lissoient dauan­tage : tellement que ceux qui la regardoient en estoient si rauis, que les poetes ont feint qu’ils se conuer­tissoient en pierres.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 162r° [Gallica, N0050715_PDF_330]
(texte original).

[Domteur de Meduse. Neptune.]