Olivier de MAGNY (1529-1561)
Maîtresse, je voudrais…
Paris, Vincent Sertenas, 1557.

«««

textes de
Magny

»»»


 

ana­diploses
accu­mulées
(vers 1-13)

 


 

 
 

 

Maîtresse, je voudrais, je voudrais bien décrire,
Décrire bien le mal, le mal que j’ai pour toi,
Pour toi j’endure tant, j’endure tant d’émoi,
Qu’à la fin tu prendrais pitié de mon martyre.

Je fais bien quelquefois, quelquefois à ma lyre,
À ma lyre chanter, chanter quelle est ma foi,
Quelle est ma foi, hélas ! hélas ! mais je ne vois,
Comme dire mon mal, car il ne se peut dire.

Si tu savais Amour, l’amour dont je suis plein,
Dont je suis plein, hélas ! tu ne voudrais qu’en vain
J’aimasse si longtemps les beautés de sa face.

Mais il semble à la voir, à la voir que tu veux,
Que tu veux ignorer le mal dont je me deulx,
Afin que pour guérir en aimant je trépasse.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Magny

dispo­nibles
sur Gallica


 

«««

textes de
Magny

»»»

«««

1557

»»»

 

ana­diploses
accu­mulées

 



texte
ori­ginal



~#~

Maîtresse, je voudrais, je voudrais bien décrire,
Décrire bien le mal, le mal que j’ai pour toi,
Pour toi j’endure tant, j’endure tant d’émoi,
Qu’à la fin tu prendrais pitié de mon martyre.

Je fais bien quelquefois, quelquefois à ma lyre,
À ma lyre chanter, chanter quelle est ma foi,
Quelle est ma foi, hélas ! hélas ! mais je ne vois,
Comme dire mon mal, car il ne se peut dire.

Si tu savais Amour, l’amour dont je suis plein,
Dont je suis plein, hélas ! tu ne voudrais qu’en vain
J’aimasse si longtemps les beautés de sa face.

Mais il semble à la voir, à la voir que tu veux,
Que tu veux ignorer le mal dont je me deulx,
Afin que pour guérir en aimant je trépasse.

«««  anadiploses accumulées  »»»
 

En ligne le 23/11/06.
Dernière révision le 11/12/16.