Léonard de LA VILLE (?-?)
Ni les écrits…
La Forêt parænétique, de Ligier Du Chesne,
Lyon, Melchior Arnollet, 1569.

 

texte de
La Ville

 


«««

vers
rap­por­tés

(3 / 14)

»»»


 

 

ouvrir sur Gallica : sonnet final [PDF_15].

Ni les écrits d’un Calvin hérétique,
Ni les erreurs d’un Luther malheureux,
Ni les ergots d’un Martyr songecreux,
Ni les hauts cris d’un Marlorat inique :

Ni le gazouil et vaine Rhétorique
D’un Bèze en chaire à blasphémer heureux,
Ni les canons des Reîtres dangereux,
Ni les brocards d’un Viret frénétique :

Ni les complots des trois outrecuidés,
Ni les combats des Gueux persuadés,
Ne pourront point par leur sotte entreprise,

Ôter, changer, mettre en division,
Les Sacrements, le Règne, et l’union,
De Dieu, du Roi, ni de la sainte Église.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ni les écrits d’un Calvin hérétique,
Ni les erreurs d’un Luther malheureux,
Ni les ergots d’un Martyr songecreux,
Ni les hauts cris d’un Marlorat inique :

Ni le gazouil et vaine Rhétorique
D’un Bèze en chaire à blasphémer heureux,
Ni les canons des Reîtres dangereux,
Ni les brocards d’un Viret frénétique :

Ni les complots des trois outrecuidés,
Ni les combats des Gueux persuadés,
Ne pourront point par leur sotte entreprise,

Ôter, changer, mettre en division,
Les Sacrements, le Règne, et l’union,
De Dieu, du Roi, ni de la sainte Église.

 

En ligne le 21/11/08.
Dernière révision le 02/12/12.