Guillaume DU BUYS (v. 1520-1594)
Comme souvent la main…
Paris, Guillaume Bichon, 1585.

COmme souvent la main sanglante et furieuse

Entrant félonnement dedans quelque cité,
Et la rendant au sac d’un cœur trop irrité,
Pour avoir, en tenant, fait de l’audacieuse :

Ne peut se faire voir, du tout, si odieuse
Que quelque arc, un beau temple, ou autre rarité,
Ne témoigne en après, à la postérité
Qu’elle fut quelquefois superbe et glorieuse.

Ainsi ayant été presqu’à vos ennemis,
Assez indignement, vous, et vos biens soumis,
Tant qu’on n’en espérait que l’entière ruine :

Seigneur, vous faites voir qu’on se travaille en vain
De penser terrasser, du tout un cœur hautain,
Lequel tant plus il souffre, et tant plus il s’affine.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

COmme souvent la main sanglante et furieuse

Entrant félonnement dedans quelque cité,
Et la rendant au sac d’un cœur trop irrité,
Pour avoir, en tenant, fait de l’audacieuse :

Ne peut se faire voir, du tout, si odieuse
Que quelque arc, un beau temple, ou autre rarité,
Ne témoigne en après, à la postérité
Qu’elle fut quelquefois superbe et glorieuse.

Ainsi ayant été presqu’à vos ennemis,
Assez indignement, vous, et vos biens soumis,
Tant qu’on n’en espérait que l’entière ruine :

Seigneur, vous faites voir qu’on se travaille en vain
De penser terrasser, du tout un cœur hautain,
Lequel tant plus il souffre, et tant plus il s’affine.

 

En ligne le 19/05/19.
Dernière révision le 19/05/19.