Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« poireau »»»

« poireaux » dans :
Du Bellay
~ Si fruits, raisins, et blés…

~#~














 

Poireau. Chevelu, teillant, âcre, venteux, blanc, têtu, long, tendre, gros, vert, sectil, éver­dumé, c.à-d. auquel on a fait perdre son goût vert.

Tous poireaux sont âcres, et venteux, mais ils perdront leur acri­monie et vento­sité, si quand on les fait cuire ils sont changés en deux eaux, et qu’après la seconde on les laisse tremper en eau froide. Le poireau têtu est le plus excellent, combien qu’il ne soit d’une autre espèce que les autres, et qu’il soit ainsi fait têtu arti­fi­ciel­lement.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 211v° [Gallica, N0050715_PDF_429]
(texte modernisé).

[Voir aussi aulx, oignon…]























Poireau, Porreau ou Pourreau. Cheuelu, teillant, acre, venteus, blanc, testu, long, tendre, gros, verd, sectil, euer­dumé, I. auquel on a fait perdre son goust verd.

Tous porreaus sont acres, & venteus, mais ils perdront leur acri­monie & vento­sité, si quand on les fait cuire ils sont changez en deux eaux, & qu’apres la seconde on les laisse tremper en eau froide. Le porreau testu est le plus excellent, combien qu’il ne soit d’vne autre espece que les autres, & qu’il soit ainsi fait testu arti­fi­ciel­lement.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 211v° [Gallica, N0050715_PDF_429]
(texte original).

[Voir aussi aux, oignon…]