««« na­cre »»»

« nacre » dans :
Le Loyer
1576
~ Quand j’aper­çois…
1579
~ Sous un voile mor­tel…

~#~














 

Nacre de perles. Argen­té, li­mo­neux, gem­mé, co­quil­leux.

Les Nacres sont de la race des pois­sons à écailles. Leur coquille au-dehors est un peu jau­nâtre, et au-dedans de vraie cou­leur d’argent. Dedans leur chair la perle croît, comme les glandes par­mi la chair d’un pour­ceau ladre, main­te­nant de cou­leur d’or, main­te­nant de cou­leur d’ar­gent, aucu­nes­fois toutes blanches, et sem­blables aux yeux des pois­sons.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 174v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_355]
(texte modernisé).


 

«««  #  »»»

Nacre de perles. Argen­té, lim­mo­neus, gem­mé, co­quil­leus.

Les Nacres sont de la race des pois­sons à escailles. Leur coquille au dehors est vn peu iau­nastre, & au dedans de vraie cou­leur d’argent. Dedans leur chair la perle croist, comme les glandes par­mi la chair d’vn pour­ceau ladre, main­te­nant de cou­leur d’or, main­te­nant de cou­leur d’ar­gent, aucu­nes­fois toutes blanches, & sem­blables aux ïeux des pois­sons.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 174v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_355]
(texte original).