Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Aréthuse »»»
 

Aréthuse. Sici­lienne, chasse­resse, froide, syra­cu­sienne, dianière, chaste, vite.

Aréthuse (disent les poètes) fut une vierge grandement poursuivie d’amour par le fleuve Alphée, auquel ne pouvant résister, Diane mue de pitié la changea en une fontaine qui porte son même nom : Et craignant qu’elle ne fût souillée des eaux de son amoureux, elle s’enfuit par conduits souterrains en Sicile, et sort aujourd’hui fort abon­damment d’un rocher qui est à côté de Syracuse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 21v° [Gallica, N0050715_PDF_49]
(texte modernisé).























Arethuse. Sici­lienne, chasse­resse, froide, syra­cu­sienne, dianiere, chaste, viste.

Arethuse (disent les poëtes) fut vne vierge grandement poursuïuie d’amour par le fleuue Alphee, auquel ne pouuant resister, Diane meuë de pitié la changea en vne fontaine qui porte son mesme nom : Et craignant qu’elle ne fût souïllee des eaux de son amoureus, elle s’enfuit par conduits soubterrains en Sicile, & sort auiourd’hui fort abon­damment d’vn rocher qui est à costé de Syracuse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 21v° [Gallica, N0050715_PDF_49]
(texte original).