François LE POULCHRE
(v.1546-v.1596)
Dernier poème en ligne :
1587 : S’on voyait votre Été…
Ouvrir sur Gallica :
3 sonnets sur preambule.net :

Les Amours d’Adrastie

Mélange de vers d’Amour

Mélange de divers Poèmes





~#~







J’écrirai quant à moi, et ma condition
Et quel sort j’ai couru, et quelle nation
M’a donné nourriture, et où je pris naissance
Et qui m’a élevé dès ma première enfance.

 

Les sept Livres des honnêtes Loisirs de François Le Poulchre constituent une sorte d’immense auto­bio­graphie en vers, ce que l’auteur désignait lui-même comme « un discours en forme de Chrono­vio­logie où sera véri­ta­blement discouru des plus notables occur­rences de nos guerres civiles, et des divers accidents de l’auteur », ou ce que Marie-Clarté Lagrée (Uni­ver­sité de Paris IV-Sorbonne) présentait ainsi, dans le titre de sa contri­bution à un colloque consacré à « l’écriture de soi » qui s’est tenu en Irlande en mai 2005 : « Les avatars du discours sur soi : entre chroniques, mémoires, poésies, nouvelle, conte et essai. L’exemple de François Le Poulchre ».




Liens

Textes et études en ligne

* On peut lire en ligne une transcription par Claude Martin des Amours d’Adrastie de François Le Poulchre, sur une page de Cornu­copie qui regroupe l’ensemble des textes publiés avant 2009 sur le site Epistemon intégré depuis 2009 aux Biblio­thèques Virtuelles Humanistes.

Le texte des Amours d’Adrastie est complété par une notice réa­lisée par Claude Martin, qui a transcrit aussi la vie de Le Poulchre par l’abbé Goujet (1752).

 


En ligne le 01/06/05.
Dernière révision le 28/09/10.