Antoine de MONTCHRESTIEN
(1575 ?-1621)
Premier texte en ligne :
1601 : Par toi vont commencer…
Ouvrir sur Gallica :
1 texte sur preambule.net :

ma mort me vivifie

 
Louis Petit de Julleville, 1891
 

MONTCHRESTIEN.

Nous ne connais­sons l’histoire de Montchres­tien que par le témoi­gnage de ses enne­mis, et parti­cu­liè­re­ment du Mercure françois[1] ; on ne peut accep­ter qu’avec une cer­taine défiance un récit qui émane d’un adver­saire poli­tique et reli­gieux, natu­rel­le­ment achar­né contre un insur­gé vaincu ; mais en l’absence de tous autres docu­ments, nous sommes bien forcés de nous servir de ceux que nous possé­dons. D’ailleurs, les faits allé­gués sont authen­tiques ; il faudra seule­ment nous souve­nir qu’ils sont toujours pré­sen­tés de la façon la plus défa­vo­rable au person­nage de notre poète.

On lui conteste d’abord non seule­ment le titre de noblesse ima­gi­naire dont il se para sans droit, mais son nom même[2]. On prétend qu’il s’appe­lait « Antoine Mau­chres­tien », et non pas Mont­chres­tien.

[…]

Les Tragédies de Montchrestien,
nouvelle édition d’après l’édition de 1604,
avec notice et commen­taire par L. Petit de Julleville, professeur à la Sorbonne,
Paris, Librairie Plon, 1891,
Notice sur Montchrestien, p. vii,
[Gallica, ark:/12148/bpt6k27838z, PDF_5]


________

Notes de Petit de Julleville

[1] Mercure françois (1622), t. VII, p. 814-817.

[2] Malherbe (lettre à Peiresc, 14 oct. 1621) dit comme le Mercure : « il était fils d’un apo­thi­caire de Falaise, et dit-on que le nom de sa maison était Mau­chres­tien ; mais pour ce qu’il ne lui plaisait pas, il l’avait changé en Mont­chres­tien. »





Liens

Étude en ligne

* On peut lire un article de Françoise Charpentier, Les Poésies de Montchrestien, paru en 1982 dans les Annales de Norman­die, en ligne sur Persée, portail de publi­ca­tion élec­tro­nique de revues scienti­fiques en sciences humaines et sociales.


 


En ligne le 08/03/19.
Dernière révision le 08/03/19.