Traductions et imitations de Solo et pensoso... Le Préambule des innombrables
««« Canzoniere 35 »»»































Textes modernisés

»»» Textes originaux

TRADUCTIONS
IMITATIONS
1548, Philieul, traduction.
1575, Du Tronchet, traduction.
1600, Maldeghem, traduction.
1550, Du Bellay, imitation.
1555, Baïf, imitation.
1573, Desportes, imitation.
1583, Blanchon, imitation.
1583, Cornu, imitation.

_______________________________

Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1555 (1548) - Vasquin PHILIEUL, Toutes les Œuvres vul- gaires de Pétrarque,  I, sonnet 26, p. 27, traduction.
___________
[««« Philieul »»»]

    Seul et pensif ces champs et vert côteau
Vais mesurant pas à pas lentement,
Et des humains je fuis l'assemblement :
Mais tel fuir pourtant rien ne me vaut.
    Au fort ainsi gouverner il me faut,
Pour ne montrer aux gens mon gref tourment.
Vu qu'à me voir on lit dehors comment
Toujours j'endure au dedans un feu chaud.
    Je crois qu'ici meshui il n'y a plaine,
Ni mont, ni bois, qui ne sachent l'usage
Que tient ma vie à autrui incertaine.
    Mais je ne sais chercher lieu tant sauvage,
Qu'amour toujours ne m'y suive en volant,
Et l'un à l'autre ensemble allons parlant.
»» texte original ««« ~#~ »»»
ARGUMENT selon Philieul : Se promenant Pétrarque de la Roche de dons à l'île de Phalet, & par ces champêtres, qui lors étaient plus vêtus d'arbres, fit ce sonnet.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1550 - Joachim DU BELLAY, L'Olive augmentée, sonnet 84, n.p., imitation.
___________
[««« Du Bellay »»»]

Seul, et pensif par la déserte plaine
    Rêvant au bien, qui me fait douloureux,
    Les longs baisers des colombs amoureux
    Par leur plaisir firent croître ma peine.
Heureux oiseaux, que votre vie est pleine
    De grand' douceur ! ô baisers savoureux !
    Ô moi deux fois, et trois fois malheureux,
    Qui n'ai plaisir que d'espérance vaine !
Voyant encor sur les bords de mon fleuve
    Du cep lascif les longs embrassements,
    De mes vieux maux je fis nouvelle épreuve.
Suis-je donc veuf de mes sacrés rameaux ?
    Ô vigne heureuse ! heureux enlacements !
    Ô bord heureux ! ô bienheureux ormeaux !








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1555 - Jean Antoine de BAÏF, Quatre livres de l'Amour de Francine, livre II, f°63 r°, imitation.
___________

Solitaire et pensif par les lieux plus sauvages,
    Où des hommes le train moins se montre à mes yeux,
    Seul je vas dégorgant mon travail ennuyeux,
    Or dans les bois ombreux, or du long des rivages.
Là, seul je ramentais celle, qui en sa garde
    A mon cœur mon suitif, et rendre ne le veut,
    Et, quand elle voudrait, qui rendre ne le peut,
    Tant humaine la sent mon traître qu'elle garde.
Là, tout parle d'amour, et n'y a, ni ruisseau,
    Ni bête, ni rocher, ni pré, ni arbrisseau,
    Qui ne sente avec moi d'amour quelque étincelle.
Et je ne puis aller en déserts si lointains,
    (Soit par les lieux plus bas, soit par les plus hautains)
    Qu'à cet aveugle dieu tant soit peu je m'y cèle.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1573 - Philippe DESPORTES, Les premières Œuvres, Amours, I, sonnet 37, f°10 r°, imitation.
___________
[««« Blanchon »»»]

Solitaire et pensif dans un bois écarté,
    Bien loin du populaire et de la tourbe épaisse,
    Je veux bâtir un temple à ma seule Déesse,
    Pour appendre mes vœux à sa divinité.
Là de jour et de nuit par moi sera chanté
    Le pouvoir de ses yeux, sa gloire, et sa hautesse :
    Et, dévot, son beau nom j'invoquerai sans cesse,
    Quand je serai pressé de quelque adversité.
Mon œil sera la lampe, et la flamme immortelle,
    Qui me va consumant, servira de chandelle :
    Mon corps sera l'autel, et mes soupirs les vœux.
Par mille et mille vers je chanterai l'office :
    Puis épanchant mes pleurs, et coupant mes cheveux,
    J'y ferai tous les jours de mon cœur sacrifice.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1595 (1575) - Étienne DU TRONCHET, Lettres amoureuses, sonnet 27, p. 250, traduction.
___________
[««« Du Tronchet »»»]

Tout seul, et en rêvant au champ plus solitaire
Je mesure mes pas posés appesantifs,
Et fais que mes deux yeux de fuir attentifs
Font que vestige humain ne leur y soit contraire.
    Trouver ne m'est possible autre meilleur repaire,
Pour fuir le soupçon du peuple conceptif,
Car en mes actions par plaisir sensitif
Ce que j'ai dans le cœur ma face ne peut taire.
    Tellement que je crois qu'il n'est ni mont, ni plaine,
Ni fleuve ni forêt à qui ne soit certaine,
La trempe de ma vie recellée à autrui.
    Mais chercher je ne puis ma vie si lointaine
Qu'amour ne m'y attrape et partout il me traîne,
Parlant toujours à moi, et moi toujours à lui.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1583 - Joachim BLANCHON, Les Amours de Dione, sonnet 99, p. 50, imitation.
___________
[««« Blanchon »»»]

Loin des beaux yeux de ma douce contraire,
    Je ne fais rien qu'à part me lamenter,
    Bâtir au Ciel, et la terre harpenter,
    Depuis la Vienne, au rivage d'Ibère,
Errer aux champs, tout triste, et solitaire,
    Morne, et pensif, sans aucun fréquenter,
    Et n'est en moi de pouvoir aliéner,
    La vive ardeur de ma flamme ordinaire.
Vagant ainsi que celui qui de nuit,
    Se voit tout seul par les ombres conduit,
    Au plus profond d'un Antre solitaire.
Au fond d'un Val, ou au milieu d'un Bois,
    À qui ne sert la parole et la voix,
    Que la clarté, qui seule lui peut plaire.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1583 - Pierre de CORNU, Amours, I, sonnet 53, p. 32, imi- tation.
___________
[««« Cornu »»»]

    Solitaire, et pensif, et veuf de toute joie,
Ainsi que je pensais au sort de mes amours,
Je disais à part moi, las ! faudra-t-il toujours,
Que pour suivre le mal du bien je me fourvoie ?
    Faudra-t-il que toujours languissant on me voie
Jeter mille soupirs sans aide ni secours,
Et sans pouvoir trouver un assuré recours
M'étant fait sectateur d'une amoureuse voie ?
    Quand voici le meurtrier qui saccage mes os
Décevant mes esprits d'un façonné propos,
Qui lune contre moi son arc tire sagette.
    Voilà dit-il, le bien, dont je guerdonne ceux,
Qui pour vaincre l'effort de mes bras rigoureux
Détestent les horreurs de ma dure tempête.








Canzoniere, 35 : Solo et pensoso i più deserti campi...
1606 (1600) - Philippe de MALDEGHEM, Le Pétrarque en rime française, sonnet 28, pp. 66-67, traduction.
___________
[««« Maldeghem »»»]

    Je vais seul et pensif les champs plus égarés
Et déserts mesurant d'une marche tardive,
Et je porte la vue à fuir ententive
La terre, où que les pieds humains sont figurés.
    Je ne sais autre tour, afin que séparés
Les hommes soient de moi, et toute autre âme vive,
Car en mes faits, desquels rien qu'un pleurer dérive,
Les chauds traits que je sens au cœur, sont déclarés.
    Tant que d'or's en avant je crois que les rivières,
Les montagnes et bois connaissent les manières
De ma vie, et son but inconnu à autrui.
    Toutefois je ne sais chercher tant âpre voie
Ni sauvage, qu'Amour toujours ne me convoie,
Avec moi raisonnant, et moi avecque lui.
»» texte original ««« ~#~ »»»
COMMENTAIRE DE MALDEGHEM : Le Poète dit par ce Sonnet, qui est assez facile, comment il est devenu amateur de sa solitude, & ennemi de la conversation des hommes. Et que pourtant il cherche les déserts, lesquels avec les monts & fleuves connaissent la façon de sa vie, & dit enfin, que pourtant Amour ne l'abandonne jamais.