««« sente ou sen­tier »»»

« sente » dans :
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Ô des Amours…

~#~














¶ la « coral­line sente » : le con » (Guy de Tours)
 

Sente ou Sen­tier. Étroite, mous­sue ou mous­se­lette, ra­bo­teuse, droite, pé­nible, in­con­nue, mon­tueuse, her­bue, dé­tour­née, fleu­rie, épi­neuse, so­li­taire, pe­tite, écar­tée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 244v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_495]
(texte modernisé).

[Sentière. Adresse, voie.]

[Voir aussi chemin, pas­sage.]


 

«««  #  »»»

Sente ou Sen­tier. Estroitte, mous­sue ou mous­se­lette, ra­bo­teuse, droitte, pe­nible, in­con­neuë, mon­tüeuse, her­buë, des­tour­nee, fleu­rie, espi­neuse, so­li­taire, pe­tite, es­car­tee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 244v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_495]
(texte original).

[Sentiere. Adresse, voie.]

[Voir aussi chemin, pas­sage.]