Cristofle DU PRÉ (?-?)
Mais quoi ? las il vous faut…
Paris, Mamert Patisson, 1577.
ouvrir sur Gallica : Les Larmes funèbres, f° 10v°.

Mais quoy? las il vous fault au Tombeau trebuscher,
Que la mort vous depouille, & vous rende sechee,
Et vous laisse une image en la terre couchee
Pour y faire pourrir les lambeaux de la chair.

Ceste masse de corps doit perir & bruncher,
Le sang, les nerfs, les os, la poitrine fourchee
Sont funestes repas d’une tombe ionchee
De bras, de piez, de mains qui s’y doyuent secher.

Le vostre s’y en va, pour se fondre & rezoudre
D’vne chair qu’il estoit & de veines, en poudre:
Et cela toutesfois ne vous doit estonner.

Car il estoit de terre, & sans nulle figure:
Le Compozé dissout selon toute nature,
En la chose qu’il fut il y doit retourner.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Mais quoy? las il vous fault au Tombeau trebuscher,
Que la mort vous depouille, & vous rende sechee,
Et vous laisse une image en la terre couchee
Pour y faire pourrir les lambeaux de la chair.

Ceste masse de corps doit perir & bruncher,
Le sang, les nerfs, les os, la poitrine fourchee
Sont funestes repas d’une tombe ionchee
De bras, de piez, de mains qui s’y doyuent secher.

Le vostre s’y en va, pour se fondre & rezoudre
D’vne chair qu’il estoit & de veines, en poudre:
Et cela toutesfois ne vous doit estonner.

Car il estoit de terre, & sans nulle figure:
Le Compozé dissout selon toute nature,
En la chose qu’il fut il y doit retourner.

«««  déplora­tion sur la mort de l’aimée  »»»
 

En ligne le 03/02/09.
Dernière révision le 26/09/18.