Claude de TAILLEMONT
(1526 ?-?)
Premier poème en ligne :
1556 : D’une proportion…
Ouvrir sur Gallica :
1 douzain sur preambule.net :

Oh que la main, la main audacieuse
Serait (amis) sur toute main heureuse !

Car en pinçant la chair douce, et muscleuse,

Elle pourrait recueillir, et tirer,

La rouge fleur de sa peu creuse face

 

 
Joseph TEXTE, 1894
 

Note sur la vie et les œuvres de Claude de Taillemont poète lyonnais.

Claude de Tail­le­mont fut l’un des membres impor­tants et célèbres, dans sa ville natale, du groupe de poètes qui cons­ti­tuaient l’école lyon­naise et qui se récla­maient de Mau­rice Scève, comme de leur maître. Il semble même avoir été lié à Scève par les liens d’une vive ami­tié per­son­nelle et d’une col­la­bo­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment étroite. Ce­pen­dant, il est aujour­d’hui nien oublié, et l’ex­trême rare­té de ses œuvres rend l’étude de son talent dif­fi­cile : car les poé­sies de Tail­le­mont sont plus rares que celles de son maître lui-même, n’ayant jamais été réim­pri­mées, même au XVIe siècle.

Malgré l’im­por­tance du rôle joué en son temps par Tail­le­mont, les dic­tion­naires his­to­riques se taisent gé­né­ra­le­ment à son sujet. Il n’a été l’objet d’au­cune étude spé­ciale.

[…] 

Joseph Texte,
Professeur à la Faculté des lettres de Lyon,
Bulletin histo­rique et phi­lo­lo­gique,
année 1894, N° 1 et 2, p. 406,
Paris, Imprimerie nationale
[Gallica, ark:/12148/bpt6k57460724, PDF_410].






En ligne le 29/02/20.
Dernière révision le 02/03/20.