Michel GUY, dit Guy de TOURS (v. 1560-v. 1610)
Ô des Amours…
Paris, 1598 [Léon Willem, 1878].

Au compagnon du ventre

Ô des Amours le repos gracieux,
Ô le trésor des trésors de mon Ente,
Ô petit mont, ô coralline sente
Qui peut tenter les hommes et les Dieux !

Ô mont feutré d’un coton précieux,
Ô Paradis ! faudra-t-il que je tente
Ton vain portrait sans qu’au vrai je contente
De la douceur mes esprits envieux ?

Crois-moi, tu fais, mon Ente, trop de compte
En ta verdeur, de ne sais quelle honte,
Honte qui fait que le monde défaut.

Non, non, ne crains : ensuis-moi la nature,
Laissant la honte à ceux qui en ont cure :
Jamais en soi la nature ne faut.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Guy de Tours

»»»

«««

1598 [1878]

»»»

«««

ana­phore
de « ô »

»»»



texte
ori­ginal



~#~

Au compagnon du ventre

Ô des Amours le repos gracieux,
Ô le trésor des trésors de mon Ente,
Ô petit mont, ô coralline sente
Qui peut tenter les hommes et les Dieux !

Ô mont feutré d’un coton précieux,
Ô Paradis ! faudra-t-il que je tente
Ton vain portrait sans qu’au vrai je contente
De la douceur mes esprits envieux ?

Crois-moi, tu fais, mon Ente, trop de compte
En ta verdeur, de ne sais quelle honte,
Honte qui fait que le monde défaut.

Non, non, ne crains : ensuis-moi la nature,
Laissant la honte à ceux qui en ont cure :
Jamais en soi la nature ne faut.

«««  blason du con  »»»
 

En ligne le 21/04/21.
Dernière révision le 21/04/21.