««« Li­bye »»»

« libys­sæ are­næ » (latin), « Li­bye », ou « libyque rivage » dans :
Ma­rulle
1497
~ Non tot Atti­ca mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
Jacques de Romieu
1584
~ Qui compte­ra les fleurs…
Louven­court
1595
~ Qui peut compter…

~#~















voir aussi
« Libye » selon
# Martin, 1544.
 

Libye. Cuite, afri­caine, sauvage, bouillante, mons­trueuse, stérile, sèche, ardente, sablon­neuse, aride, noire.

Libye, qu’autre­ment nous appe­lons Afrique, a pris son nom, ainsi qu’on estime, de Libs roi de Mauri­ta­nie, qui se jeta sur le pays et le mit en sa sujé­tion. C’est une région fort ample, brûlée de chaud, qui est fort sablon­neuse, et conte­nant plusieurs peuples tous menant une vie sauvage, et n’habi­tant la plupart que sous la chape du ciel.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 148r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_302]
(texte modernisé).

[Libyen /-s. Barbares, cinabre, Jupin ou Ju­pi­ter, lion, Mores, ours.]

[Libyque. Peuplier.]







Jehan MARTIN, 1544.


Libye et Afrique c’est une même chose.

Jehan MARTIN, « Exposi­tion de plusieurs mots conte­nus en ce livre, dont l’intel­li­gence n’est commune »
in L’Arcadie de Messire Jacques Sannazar,
mise d’Ita­lien en Français, 1544,
f° 125r° [Gallica, NUMM-110564, PDF_249]
(texte modernisé).






«««  #  »»»

Libye. Cuite, affri­caine, sauuage, boüillante, mons­trueuse, sterile, seiche, ardente, sablon­neuse, aride, noire.

Libye, qu’autre­ment nous appel­lons Affrique, a prins son nom, ainsi qu’on estime, de Libs roi de Mori­ta­nie, qui se ietta sur le païs & le mit en sa subiec­tion. C’est vne region fort ample, brulee de chaud, qui est fort sablon­neuse, & conte­nant plusieurs peuples tous menans vne vie sauuage, & n’habi­tans la pluspart que soubs la chappe du ciel.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 148r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_302]
(texte original).

[Libyen /-s. Barbares, cinnabre, Iuppin ou Iup­pi­ter, lion, Mores, ours.]

[Libyque. Peuplier.]








Iehan MARTIN, 1544.


Libye & Afrique c’est une mesme chose.

Iehan MARTIN, « Exposi­tion de plusieurs motz conte­nuz en ce liure, dont l’intel­li­gence n’est commune »
in L’Arcadie de Messire Iaques Sannazar,
mise d’Ita­lien en Francoys, 1544,
f° 125r° [Gallica, NUMM-110564, PDF_249]
(texte original).