Claude TURRIN (v.1540-av.1572)
Amour m’a mis ainsi…
Paris, Jean de Bordeaux, 1572.

«««

textes de
Turrin

»»»


«««

 
 
 

»»»


«««

imi­tation de
Amor m’à posto…

»»»

AMour m’a mis ainsi qu’un blanc de sa quadrelle

  Comme neige au soleil, et comme cire au feu,
Comme la nue au vent, mais il vous chaut bien peu,
Quand merci je demande à ma peine cruelle,

De votre œil seulement vint la playe mortelle,
Contre qui ne vaut rien ni le temps ni le lieu,
De vous (et toutefois vous le tenez à jeu)
Vient le soleil, l’ardeur et le vent qui me grêle.

Mes pensers sont les traits, le soleil, le visage,
Et l’ardeur mes désirs, avec cet équipage
Amour cruel me point m’affole et me détruit.

Ce chanter angélic, cette douce parole,
Ce soupir plein de musc, qui loin de moi s’envole
Sont les vents amoureux, où mon âme s’enfuit.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Turrin

»»»

«««

1572

»»»

«««

 
 

»»»



texte
ori­ginal



~#~

AMour m’a mis ainsi qu’un blanc de sa quadrelle

  Comme neige au soleil, et comme cire au feu,
Comme la nue au vent, mais il vous chaut bien peu,
Quand merci je demande à ma peine cruelle,

De votre œil seulement vint la playe mortelle,
Contre qui ne vaut rien ni le temps ni le lieu,
De vous (et toutefois vous le tenez à jeu)
Vient le soleil, l’ardeur et le vent qui me grêle.

Mes pensers sont les traits, le soleil, le visage,
Et l’ardeur mes désirs, avec cet équipage
Amour cruel me point m’affole et me détruit.

Ce chanter angélic, cette douce parole,
Ce soupir plein de musc, qui loin de moi s’envole
Sont les vents amoureux, où mon âme s’enfuit.

 

En ligne le 14/02/18.
Dernière révision le 16/02/18.