OVIDE (43 av. J.-C.-17)
Autant qu’il y a de coquillages…
Venise, 1492.

«««

textes
d’Ovide

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 23-26)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les douleurs de
l’exilé

»»»

ouvrir sur Gallica : Tristes, V, 2, 23-28.

[…] 

Autant qu’il y a de coquil­lages sur le rivage : de fleurs dans un délicieux champ de roses : autant que le pavot sopo­rifique contient de graines :

que la forêt nourrit de bêtes sauvages : que de poissons nagent dans l’onde : autant que l’oiseau de ses ailes donne de coups dans l’air léger :

autant je suis accablé de malheurs : si on veut les compter: autant compter les flots de la mer Ica­rienne.

[…] 



On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Autant qu’il y a de coquil­lages sur le rivage : de fleurs dans un délicieux champ de roses : autant que le pavot sopo­rifique contient de graines :

que la forêt nourrit de bêtes sauvages : que de poissons nagent dans l’onde : autant que l’oiseau de ses ailes donne de coups dans l’air léger :

autant je suis accablé de malheurs : si on veut les compter : autant compter les flots de la mer Ica­rienne.

[…] 



 

En ligne le 27/03/05.
Dernière révision le 22/12/14.