Olivier de MAGNY (1529-1561)
Elle est à vous…
Paris, E. Groulleau, 1553 [Alphonse Lemerre, 1878].
ouvrir sur Gallica : Sonnets, XXII, pp. 33-34.

Elle est à vous la cheuelure blonde,
Qui rend obscur le plus riche metal,
Ce front aussi de pourpre & de cristal,
Et ceste face à nulle autre seconde,

Vostre est encor ceste bouche feconde,
Et ce regard mon conducteur fatal,
Vostre ce ris l’enchanteur principal
De mes espritz & volonté profonde.

A vous aussi sont ces blandissans yeux
Qui ont rauy du Soleil enuieux
Leurs raiz luysans, angelique lumiere.

Mile vertu, mile tresors versez
Du ciel icy sont à vous dispersez,
Seule est à moy, ma peine coustumiere.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Elle est à vous la cheuelure blonde,
Qui rend obscur le plus riche metal,
Ce front aussi de pourpre & de cristal,
Et ceste face à nulle autre seconde,

Vostre est encor ceste bouche feconde,
Et ce regard mon conducteur fatal,
Vostre ce ris l’enchanteur principal
De mes espritz & volonté profonde.

A vous aussi sont ces blandissans yeux
Qui ont rauy du Soleil enuieux
Leurs raiz luysans, angelique lumiere.

Mile vertu, mile tresors versez
Du ciel icy sont à vous dispersez,
Seule est à moy, ma peine coustumiere.

 

En ligne le 13/12/15.
Dernière révision le 30/09/18.