Michel GUY, dit Guy de TOURS (v. 1560-v. 1610)
Belle fleur de quinze ans…
Paris, Léon Willem, 1878 [1598].

Belle fleur de quinze ans, qu’en toute révérence
J’adore dans mon cœur, hélas ! ne veux-tu point
Que ce Doux Archerot, qui si doucement poingt,
De son feu doucereux allume ton enfance.

Aimes, ore qu’Avril ton visage enjouvance,
Ore que les attraits, les grâces, l’enbonpoint,
La beauté, le loisir t’honorent de tout point
Et qu’en toi seule ensemble ils font leur demeurance.

Belle, ne garde point à Pluton ta beauté,
Ni au temps, qui rempli de trop de cruauté
Gâte et dévore tout. Il vaut mieux qu’un jeune homme

Dispos, comme je suis, par mille passe-temps,
Cueille sein contre sein les fleurs de ton printemps
Et en si doux ébats après toi se consomme.

On peut cliquer sur certains motspour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Guy de Tours

 

«««

1598 [1878]

»»»

 

 
 

 



texte
ori­ginal



~#~

Belle fleur de quinze ans, qu’en toute révérence
J’adore dans mon cœur, hélas ! ne veux-tu point
Que ce Doux Archerot, qui si doucement poingt,
De son feu doucereux allume ton enfance.

Aimes, ore qu’Avril ton visage enjouvance,
Ore que les attraits, les grâces, l’enbonpoint,
La beauté, le loisir t’honorent de tout point
Et qu’en toi seule ensemble ils font leur demeurance.

Belle, ne garde point à Pluton ta beauté,
Ni au temps, qui rempli de trop de cruauté
Gâte et dévore tout. Il vaut mieux qu’un jeune homme

Dispos, comme je suis, par mille passe-temps,
Cueille sein contre sein les fleurs de ton printemps
Et en si doux ébats après toi se consomme.

 

En ligne le 11/11/16.
Dernière révision le 11/11/16.