Michel GUY, dit Guy de TOURS (v. 1560-v. 1610)
O doux regards…
Paris, Léon Willem, 1878 [1598].

Ô doux regards, ô bouche, dont il sort
Un ris, un chant, une parole accorte,
Qui referait une personne morte
La rappelant du Charontide port !

Ô cheveux bruns qui me liez si fort
Et dont le Dieu, qui pour ses armes porte
La flèche et l’arc, fait la ficelle forte
Dont sans pitié il me traîne à la mort.

Ô main douillette ! ô lèvre cinabrine !
Ô front d’ivoire ! ô gorgette marbrine !
Ô sein de lis, des grâces le séjour.

À peine au cœur sens-je l’amère plaie
De votre adieu, tant extrême est la joie
Qu’ore je sens pour votre heureux retour.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Guy de Tours

»»»

«««

1598 [1878]

»»»

«««

ana­phore
de « ô »

»»»



texte
ori­ginal



~#~

Ô doux regards, ô bouche, dont il sort
Un ris, un chant, une parole accorte,
Qui referait une personne morte
La rappelant du Charontide port !

Ô cheveux bruns qui me liez si fort
Et dont le Dieu, qui pour ses armes porte
La flèche et l’arc, fait la ficelle forte
Dont sans pitié il me traîne à la mort.

Ô main douillette ! ô lèvre cinabrine !
Ô front d’ivoire ! ô gorgette marbrine !
Ô sein de lis, des grâces le séjour.

À peine au cœur sens-je l’amère plaie
De votre adieu, tant extrême est la joie
Qu’ore je sens pour votre heureux retour.

 

En ligne le 18/10/16.
Dernière révision le 11/11/16.