Robert GARNIER (v.1545-1590)
Pourquoi pour le péché…
Paris, Robert Estienne, 1582.
ouvrir sur Gallica : Hippolyte, acte III, f° 108r°.

[…] 

Nourrice. Pourquoi pour le péché de quelqu’une de nous,
Qui a pu s’oublier, toutes nous blâmez-vous ?
Hippolyte. Je ne sais pourquoi c’est, toutes je les déteste,
Je les ai en horreur plus que je n’ai la peste.
Soit raison, soit fureur, soit tout ce qu’on voudra,
Jamais de les aimer vouloir ne me prendra,
Plutôt le feu naîtra dans la mer écumeuse,
Plutôt sera le jour une nuit ténébreuse,
Plutôt notre Soleil commencera son cours
À la mer Espagnole, où se cachent nos jours,
Et plutôt sera l’Aigle aux Pigeons sociable,
Que je serve une femme, esclave misérable.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Nourrice. Pourquoi pour le péché de quelqu’une de nous,
Qui a pu s’oublier, toutes nous blâmez-vous ?
Hippolyte. Je ne sais pourquoi c’est, toutes je les déteste,
Je les ai en horreur plus que je n’ai la peste.
Soit raison, soit fureur, soit tout ce qu’on voudra,
Jamais de les aimer vouloir ne me prendra,
Plutôt le feu naîtra dans la mer écumeuse,
Plutôt sera le jour une nuit ténébreuse,
Plutôt notre Soleil commencera son cours
À la mer Espagnole, où se cachent nos jours,
Et plutôt sera l’Aigle aux Pigeons sociable,
Que je serve une femme, esclave misérable.

[…] 

 

En ligne le 29/05/14.
Dernière révision le 30/05/14.