Joachim DU BELLAY (1522-1560)
Qui a nombré…
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549.

«««

textes de
Du Bellay

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-11)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les douleurs de l’amant

»»»

Qui à nombré, quand l’Astre, qui plus luyt,
Ia le milieu du bas Cercle enuironne,
Tous ces beaux feuz, qui font une Couronne
Aux noirs Cheueux de la plus clere nuyt?

Et qui à sceu combien de fleurs produyt
Le uerd Printens, combien de fruictz l’Autonne,
Et les Thesors, que l’Inde riche donne
Au Marinier, qu’Auarice conduyt?

Qui à conté les etincelles uiues
D’Aetne, ou Vesuue, & les flotz, qui en Mer
Hurtent le front des ecumeuses Riues,

Celuy encor’ d’une, qui tout excelle,
Peut les Vertuz, & Beautez estimer,
Et les tormens, que i’ay pour l’Amour d’elle.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Qui à nombré, quand l’Astre, qui plus luyt,
Ia le milieu du bas Cercle enuironne,
Tous ces beaux feuz, qui font une Couronne
Aux noirs Cheueux de la plus clere nuyt?

Et qui à sceu combien de fleurs produyt
Le uerd Printens, combien de fruictz l’Autonne,
Et les Thesors, que l’Inde riche donne
Au Marinier, qu’Auarice conduyt?

Qui à conté les etincelles uiues
DAetne, ou Vesuue, & les flotz, qui en Mer
Hurtent le front des ecumeuses Riues,

Celui encor’ d’une, qui tout excelle,
Peut les Vertuz, & Beautez estimer,
Et les tormens, que i’ay pour l’Amour d’elle.

 

Version de 1550 en ligne le 04/03/05,
remplacée par la version de 1549 le 01/07/13.
Dernière révision le 03/12/16.