Joachim DU BELLAY (1522-1560)
Qui a nombré…
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549.

«««

textes de
Du Bellay

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-11)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les douleurs de l’amant

»»»

Qui a nombré, quand l’Astre, qui plus luit,
Jà le milieu du bas Cercle environne,
Tous ces beaux feux, qui font une Couronne
Aux noirs Cheveux de la plus claire nuit ?

Et qui a su combien de fleurs produit
Le vert Printemps, combien de fruits l’Automne,
Et les Trésors, que l’Inde riche donne
Au Marinier, qu’Avarice conduit ?

Qui a compté les étincelles vives
D’Etne, ou Vésuve, et les flots, qui en Mer
Heurtent le front des écumeuses Rives,

Celui encor d’une, qui tout excelle,
Peut les Vertus, et Beautés estimer,
Et les tourments, que j’ai pour l’Amour d’elle.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Qui a nombré, quand l’Astre, qui plus luit,
Jà le milieu du bas Cercle environne,
Tous ces beaux feux, qui font une Couronne
Aux noirs Cheveux de la plus claire nuit ?

Et qui a su combien de fleurs produit
Le vert Printemps, combien de fruits l’Automne,
Et les Trésors, que l’Inde riche donne
Au Marinier, qu’Avarice conduit ?

Qui a compté les étincelles vives
DEtne, ou Vésuve, et les flots, qui en Mer
Heurtent le front des écumeuses Rives,

Celui encor d’une, qui tout excelle,
Peut les Vertus, et Beautés estimer,
Et les tourments, que j’ai pour l’Amour d’elle.

 

Version de 1550 en ligne le 04/03/05,
remplacée par la version de 1549 le 01/07/13.
Dernière révision le 03/12/16.