Catherine DES ROCHES (1542-1587)
Belle plutôt les eaux…
sec. éd., Paris, Abel L’Angelier, 1579.

 

textes de
Cath. Des Roches

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-13)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance dans l’amour

»»»

Belle plutôt les eaux enflammeront la terre
Et le feu glacera les fruits, herbes et fleurs,
Les aveugles plutôt jugeront des couleurs,
Et plutôt sans verdeur on verra le lierre.

La paix sera plutôt moins bonne que la guerre,
Vénus ira sans grâce, et l’Amour sans douceurs,
Les Princes seront serfs, et les serfs Empereurs
Qui frapperont les Dieux avecque le tonnerre.

Plutôt seront les Cieux à la terre pareils,
Plutôt apparaîtront mil’ et mille soleils,
Dans le centre profond de cette lourde masse,

Plutôt seront toujours les hommes sans courroux,
Tous les pensers plutôt se liront en la face,
Que je puisse jamais aimer autre que vous.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Belle plutôt les eaux enflammeront la terre
Et le feu glacera les fruits, herbes et fleurs,
Les aveugles plutôt jugeront des couleurs,
Et plutôt sans verdeur on verra le lierre.

La paix sera plutôt moins bonne que la guerre,
Vénus ira sans grâce, et l’Amour sans douceurs,
Les Princes seront serfs, et les serfs Empereurs
Qui frapperont les Dieux avecque le tonnerre.

Plutôt seront les Cieux à la terre pareils,
Plutôt apparaîtront mil’ et mille soleils,
Dans le centre profond de cette lourde masse,

Plutôt seront toujours les hommes sans courroux,
Tous les pensers plutôt se liront en la face,
Que je puisse jamais aimer autre que vous.

 

En ligne le 03/07/07.
Dernière révision le 01/06/17.