Robert ANGOT (v.1580-v.1640)
Toute chose prend fin…
Paris, Gilles Robinot, 1603.

’’  Toute chose prend fin, tout est sujet au change,
’’Tout se perd dans le cours du destin inconstant,
’’Rien ne se voit çà-bas de ferme et de constant
’’Que le temps à la fin ne tourne et ne mélange.

L’Hiver pour quelque temps se retire et s’étrange,
L’Austre ne va toujours dans l’onde grommelant,
Le foudre en même lieu n’est toujours éclatant,
Toujours l’horrible Mars aux combats ne se range.

Le temps dissipe tout : il n’est pin orgueilleux,
Ni Palais si hautain, ni roc tant sourcilleux,
Que la force du temps enfin ne déracine,

Bref l’Automne, l’Été, l’Hiver et le Printemps,
Changent tous de saison, l’âge change le temps,
Mais rien ne peut changer la rigueur d’Éricine.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

’’  Toute chose prend fin, tout est sujet au change,
’’Tout se perd dans le cours du destin inconstant,
’’Rien ne se voit çà-bas de ferme et de constant
’’Que le temps à la fin ne tourne et ne mélange.

L’Hiver pour quelque temps se retire et s’étrange,
L’Austre ne va toujours dans l’onde grommelant,
Le foudre en même lieu n’est toujours éclatant,
Toujours l’horrible Mars aux combats ne se range.

Le temps dissipe tout : il n’est pin orgueilleux,
Ni Palais si hautain, ni roc tant sourcilleux,
Que la force du temps enfin ne déracine,

Bref l’Automne, l’Été, l’Hiver et le Printemps,
Changent tous de saison, l’âge change le temps,
Mais rien ne peut changer la rigueur d’Éricine.

«««  topos de l’inconstance  »»»
««« " Non semper imbres… "  »»»
 

En ligne le 28/08/08.
Dernière révision le 20/02/13.