Robert ANGOT (v. 1580-v. 1640)
Je ne crains d’Aquilon…
Paris, Gilles Robinot, 1603.

 

textes de
Angot

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-11)

»»»


 

 
 

 

Je ne crains d’Aquilon le souffle impétueux,
Ni l’inconstante horreur de l’écumeuse plaine,
Ni du Ciel épaissi la tempête soudaine,
Ni du grand Jupiter le foudre audacieux.

Je ne crains de l’Été les maux contagieux,
Ni la méchante dent de l’envie inhumaine,
Ni de l’horrible Mars la fureur incertaine,
Ni de la terre encor le tremblement peureux,

Je ne crains du Destin l’inconstance inégale,
Ni le feu ravissant, ni la Parque fatale,
Ni Cerbère, ni Styx, ni la rigueur du sort :

Mais je crains par sur tout la puissance divine,
Et les yeux foudroyants de ma belle Éricine
De qui seule dépend et ma vie et ma mort.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Angot

dispo­nibles
sur Gallica

 

Je ne crains d’Aquilon le souffle impétueux,
Ni l’inconstante horreur de l’écumeuse plaine,
Ni du Ciel épaissi la tempête soudaine,
Ni du grand Jupiter le foudre audacieux.

Je ne crains de l’Été les maux contagieux,
Ni la méchante dent de l’envie inhumaine,
Ni de l’horrible Mars la fureur incertaine,
Ni de la terre encor le tremblement peureux,

Je ne crains du Destin l’inconstance inégale,
Ni le feu ravissant, ni la Parque fatale,
Ni Cerbère, ni Styx, ni la rigueur du sort :

Mais je crains par sur tout la puissance divine,
Et les yeux foudroyants de ma belle Éricine
De qui seule dépend et ma vie et ma mort.

 

En ligne le 06/05/06.
Dernière révision le 25/12/18.